Aller au contenu

Suivez-nous sur :

Twitter Facebook Newsletter Silicon Sentier Fil RSS Vidéos et lives de La Cantine Vidéos de la Cantine sur Youtube Flickr

La Cantine, c'est :

Silicon Maniacs

Aller à la navigation

13/08/2010 - C- Base: I WANT TO BELIEVE ( YGAW by Silicon Sentier)

Fascinant C-Base. Hackerspace des hackerspaces, fourmillant d’histoires croustillantes sur les hackers, la genèse de C-base est entourée d’une légende. Les premiers restes de la station C-Base, crashée au centre de Berlin il y a plusieurs milliards d’années, auraient été découverts en 1995 par ses occupants - fondateurs. Gravée sur son flan: “Be Future Compatible”, une étude au carbone 14 aurait révélé que la station aurait  près de 4,5 milliards d’années. Désormais occupée par C-Base, association à but non lucratif rassemblant près de 300 membres issus des communautés de développeurs, hackers, férus de science fiction, et ayant pour mission d’améliorer la connaissance des logiciels, la station est toujours “under construction”.
Tout cela est très sérieux: preuves historiques et scientifiques archivées dans un almanach, les cibasiens ne rigolent pas. Alice et moi sommes allées visiter ce lieu, dont certains aiment raconter qu’il est “la mère de tous les hackerspaces”.Voyons si le lieu est la hauteur du mythe et si nous allons embrasser la religion cibasienne.

Immersion
Quand on pousse la porte de C-Base, le ton est donné: écrans de contrôle, ordinateurs en apesanteur, panneaux indicateurs de menaces radioactives, cockpit en aluminium…tout est prévu en cas de décollage immédiat : même les toilettes (pour hommes) sont accrochés au mur si absence de gravité. Mmm…laissez moi deviner….on serait pas dans une station spatiale par hasard?
Avis aux maniaques de l’anachronisme: rebroussez chemin! Une chose est sûre à C-Base, le temps s’est bel est bien arrêté dans les années soixante. Sur le bar, un bibelot ultra kitsch - ma grand mère a le même  -  avec des cheveux “leds” qui changent de couleur. Psychadéliquement vôtre. De même pour le mobilier en cuir, chiné dans un Emmaüs de l’espace….euh pardon, chut….les fauteuils ont eux aussi été découverts en l’état, avec la station spatiale bien sûr.

Initiation
On entre pas à C-Base comme dans n’importe quel lieu. Dans l’embrasure de la porte, un jeune homme vêtu de noir, sûrement un copilote inter galactique, nous demande de nous identifier.
Pour pénétrer dans la station, il faut donc être introduit…certainement à cause des dossiers top secrets et des plans de la station spatiale au sous sol…ou peut être parce que les Cibasiens veulent préserver leur anonymat :“oui vous pouvez prendre des photos de la station…mais pas de photo des gens ici…” “Ah oui, Pourquoi? “ Mystère et boule de gomme. Alors que je range mon attirail paparazzien, je comprend enfin: “No Alien” affiche un écriteau derrière le bar. Très bien, je suis un alien et j’ai oublié mon dictionnaire de poche: allons donc à la rencontre des Cibasiens et voyons si nous pouvons établir le contact.

“Suivez moi par ici” me souffle notre guide derrière l’épaule, alors que je bloque sur l’arcade centrale, sorte d’arc de triomphe du futur (ou d’un passé très très lointain, je ne sais plus) sous lequel de nombreuses processions cibasiennes ont du avoir lieu. Nous voici dans les sous sols de la station: notre hôte ouvre une porte dont le grincement est exagérément flippant. Bruitage programmé bien entendu…Clin d’oeil en ma direction et le voilà qui disparait dans un corridor obscur. Ououh…je me sens comme dans un train fantôme.
Au loin, quelques silhouettes cibasiennes travaillent en silence. Depuis quand, pourquoi et pour combien de temps? Chut…top secret.

Réminicence X Files: j’imagine Scully et Mulder envoyés par le FBI dans les sous sols de C base , armés de lampes torches ultra puissantes. Scully fronce les sourcils, elle veut finir le job as fast as possible. Mulder, comme à son habitude, commence à trembler et à devenir paranoïaque. He WANTS TO BELIEVE. Sacré Mulder, t’as toujours été mon préféré.

Rituels et croyances
J’ai toujours eu beaucoup de tendresse pour les grands enfants, les fans de Star Wars qui se déguisent en Dark Wador pour l’avant première du film et qui se chamaillent à coup de lasers en plastique dans la file d’attente. En achetant mon ticket pour le dernier Tarantino, je ricane un peu, mais au fond, j’ai envie de rêver avec eux. Tiens, ça fait longtemps que je n’ai pas fait de bataille de polochon, et c’est bien dommage.
En sortant de C-Base, mes pupilles habituées à l’obscurité se rétractent enfin : “Oh la lumière du jour! Voilà notre bonne vieille terre!”…Mais au fond, je ne peux m’empêcher de penser: “et si la vérité était ailleurs?”
Reconnaissons le, pour la novice que je suis, ce genre de poésie vient illuminer le chaos technologique parfois inintelligible dans lequel je vis. C-Base assume avec force l’esthétique de son mythe et distille en nous l’envie de comprendre, d’apprendre et pourquoi pas d’y croire. Les Cibasiens semblent avoir compris que pour devenir une religion et bâtir une communauté fidèle et apte à transmettre le mythe, il fallait d’abord s’adresser à la partie irrationnelle des “aliens”. Comme un baptême, le rituel initiatique débute à l’entrée du cockpit: si vous venez en ami, C Base vous immergera volontiers dans le secret de sa genèse.

Intégrer le rituel pour accéder à la foi ou demeurer un sceptique pour l’éternité, vous choisissez quoi? Chers aliens , païens du système solaire, préparez vous à entrer dans la légende!

Pour aller plus loin (et si vous avez pris allemand en première langue):
http://www.c-base.org/
http://hackerspaces.org/wiki/C-base
http://en.wikipedia.org/wiki/C-base (télécharger c-base e. V.: c-base. official handout v.6.0s, Berlin 2004 , en allemand)

Source : http://ygaw-bysiliconsentier.com/1562-c-base-a-la-rencontre-du-mythe

Ajouter à mail Ajouter à facebook Ajouter à twitter

Commentaires

Ajouter un commentaire :

Nuage de tags