Aller au contenu

Suivez-nous sur :

Twitter Facebook Newsletter Silicon Sentier Fil RSS Vidéos et lives de La Cantine Vidéos de la Cantine sur Youtube Flickr

La Cantine, c'est :

Silicon Maniacs

Aller à la navigation

09/08/2010 - Coworking space, Hackerspace, Media Lab…qui fait quoi ? ( YGAW by Silicon Sentier)

Après une semaine de rencontres avec les fondateurs et membres des spaces -hacker, coworking, media lab, l’analyse du phénomène d’innovation via des organisations “bottom up”, me parait plus claire. De même, leur différence devient évidente, bien que ces espcaes partagent un ensemble de mêmes acteurs. Au premier regard, on pourrait simplement statuer que sur une échelle de valeur ‘industrielle”, évoluant de l’invention au produit :
- les hackerspaces sont au plus bas : espaces de pratiques libres, sans intention d’aller sur le marché ;
- les media Lab au milieu : espaces de réflexions et d’expérimentations délibérément tournés vers l’innovation sociale, artistique et technologique ;
- les coworking spaces au plus haut. : espaces de travail, en amont de la création d’une entreprise ou à son tout début .

Hackerspace Metalab                 Media Lab Kitchen                Coworking space The Hub

Pourtant, de l’expérience que nous avons eue, les hackerspaces sont les seuls à nous avoir montré des créations technologiques qui fonctionnent et à disposer de cas concrets de startups créées. A l’improviste, on débarque au Métalab, un membre nous accueille, nous fait gentiment visiter le lieu et tester toutes les bizarreries électroniques. A l’improviste également, on débarque à Kitchen (média lab à Budapest), mais aucune des installations qui habitent l’espace ne peut faire l’objet d’une démonstration. Naturellement, j’aurais tendance à prendre plus au sérieux Kitchen qui dispose d’un bel espace, aux bureaux étendus, avec une jeune équipe de gens branchés qui s’intéressent à l’art contemporain, à la programmation et aux nouveaux média, super cool, il y a même un chien qui dort. “Que du bla bla, quand tu essaies une de leurs “innovations”, une application Iphone par exemple, ça ne marche pas, ils ne savent pas finir les choses proprement” me raconte l’un des organisateurs du New Tech Meetup, un événement mensuel qui rassemble la communauté des startups à Budapest. “Nous ne prototypons pas vraiment mais faisons des proof of concept“, me confie un membre de Kitchen.

OK, donc mon placement sur l’échelle “industrielle” est faux. Kitchen est un Lab, comme le Future Lab d’Arselectronica, ils développent des choses qui ne vont jamais sur le marché mais servent à la grande boite qui les finance, sorte de gage d’une image de communication innovante, cutting edge, transdisciplinaire, cross everything…Des choses montrables une fois, documentées sur le web, présentées lors des grandes messes manageriales internes. De leur côté, ces grandes boites continuent “d’innover” à l’ancienne, par le marketing, par les réductions de coûts, par la présentation packaging et rien de disruptif, rien de risqué, rien d’innovant -réellement, pour le consommateur, n’en sort.
Ces Labs seraient-ils alors le future de l’agence de communication ? Un laboratoire d’idées aspirationnelles et de créations d’objets originaux, culturels, qui questionnent notre environnement technologique et sociétale, qui bénéficie en terme d ‘image au bienfaiteur : la grande entreprise qui finance le tout. Je caricature volontairement.
Les “Labs” entendent diffuser une vision inspirante via l’art et la technologie, pour cela, ils se structurent en association (de type loi 1901) et affirment agir pour “impulser” une culture de l’innovation ; ils comptent souvent également une structure commerciale pour répondre à des commandes. Pour impulser une culture de l’innovation, la logique voudrait qu’ils s’adressent aux commun des mortels, aux consommateurs, aux populations locales, scolaire, en difficulté…et bien non !
“On s’adresse à une communauté internationale” m’explique un représentant de Kitchen. Ah oui, veut-il dire la communauté des 5 000 aficionados du croisement de l’art et de la technologie,  déjà bien au courant des mutations que nos sociétés occidentales sont en train de vivre ? Prétendre impacter notre relation à l’innovation passe par des efforts considérables en terme d’actions de démonstration et création autour des technologies. Le rôle attendu d’un média lab serait, me semble-t-il de manier habilement 2 métiers totalement liés : la recherche et développement et l’ouverture à l’expérimentation par les utilisateurs locaux. Chose que le Média Lab Del prado (que nous n’avons pas visité) remplit.

Qu’en est-il des coworking spaces? Nous avons visité Loffice, Colabs et The Hub Vienna. La responsabilisation est maître mot : chaque membre paie un abonnement mensuel et détient une clef, il est en charge du lieu. Colabs, compte une 20taine de membres récurrents, web designers et programmeurs en majorité, entre 25 et 30 ans, freelances et entrepreneurs à la fois. Loffice réunit des entrepreneurs plus matures, capables de payer le double de Colabs (soit 200 euros par mois), ayant besoin surtout d’un bureau et d’un espace agréable pour travailler. The Hub Vienna est encore trop jeune pour avoir fait ses preuves. Néanmoins, Mathias, l’un de ses fondateurs se montre attentif quant à la communauté présente qu’il sélectionne selon des critères simples : le Hub pourra-t-il répondre aux besoins du demandeur? Le demandeur va-t-il apporter quelque chose au Hub? Il a dores et déjà rassemblé plus de 60 personnes pour participer aux travaux, un exemple de collaboration très réussie. A l’issue de ces rencontres, je repars légèrement déçue : l’émulation et l’énergie ne sont pas là. En même temps, nous sommes en plein mois d’août à Vienne et à 1000 KM, à Paris, La Cantine est fermée…
Tiens, La Cantine, je réalise que ce n’est pas un coworking space dans le sens où  les coworkers n’ont pas de clef et ne sont donc pas responsabilisés vis-à-vis de l’entretien du lieu, c’est bien dommage car cela fait naître un esprit de goupe. En revanche, aucun des lieux visités ne facilitent le croisement par autant d’événements aux communautés web environnantes. Le mixte entre lieu de croisement et lieu de travail reste à améliorer dans tous les cas.

Sur ce, je vous laisse, il y a la Biennale d’art de Berlin qui m’attend, dans un bon vieux traditionnel space : le Musée. Aller à plus.

Source : http://ygaw-bysiliconsentier.com/1416-coworking-space-hackerspace-media-lab-qui-fait-quoi

Ajouter à mail Ajouter à facebook Ajouter à twitter

Commentaires

Ajouter un commentaire :

Nuage de tags