Aller au contenu

Suivez-nous sur :

Twitter Facebook Newsletter Silicon Sentier Fil RSS Vidéos et lives de La Cantine Vidéos de la Cantine sur Youtube Flickr

La Cantine, c'est :

Silicon Maniacs

Aller à la navigation

05/07/2010 - Data ouvre toi ( YGAW by Silicon Sentier)

Workshop Open Data à Lift en ce début de semaine, sous le soleil de plomb de Marseille…
Entre piquer une tête dans la mer et s’immerger sous le flow des pensées, en bonne citoyenne de demain, j’ai préféré une source plus intellectuelle mais non moins rafraichissante.  En face du vieux port, au Palais de la bourse, les ouvreurs de data tentent d’expliquer, avec l’aide des participants, comment rendre vertueux l’accès aux fameuses données.
La présentation  du workshop en ligne parle d’initiatives “plus timides en France”, sommes-nous moins enclins à laisser le citoyen s’emparer du pouvoir?
Cela commence par une question : qu’est ce que je gagne à ouvrir une donnée? L’intelligence collective, le crowdsourcing, le rapport plus immédiat avec les interlocuteurs qui a priori n’auraient pas été rencontrés..autant d’avantages qui se confrontent à des problèmes de standardisation et de confidentialité : qu’est-ce qu’on partage, qu’est-ce qu’on ne partage pas? Il reste également des zones difficiles à défricher, des profondeurs obscures à dépasser : les leviers hiérarchiques. Comment valider auprès du top mangament le bien fondé de donner librement la récolte en pâture aux concurrents qui n’ont pas dépenser un centime pour les obtenir? Comment également qualifier uniformément ces données?
Enfin, comment assurer un certain R.O.I. ? Si les données ne sont pas vendues, au moins que les organisation puissent être évaluées à la mesure des services qu’elles fournissent.

Et dans tout cet océan d’informations, je me noie…Je le savais, j’aurais du aller me baigner dans la mer.
Voila qu’on balise enfin ces données.
=> l’Insee les répertorie selon les usages et non selon leurs natures, voila qui est bien utile!
=> A l’intérieur des organisations, il y a un correspondant en charge de l’ouverture des données.

En conclusion, de nouveaux horizons s’offrent à nous : les brevets sont dans le domaine public au bout de 3/4 ans, pourquoi ne pas imaginer la même chose pour les données?
Si les données publiques sont publiques, le citoyen peut du coup lui même créer de la valeur en la diffusant.
Le cercle vertueux doit également pouvoir se faire du public vers le privé, puis du  privé vers le consommateur.
Les données publiques et privées se rejoingnent pour le bien du consommateur et du citoyen, assistons-nous à la naissance d’un capitalisme vertueux qui puise son essence dans l’enrichissement des données publiques?

Source : http://ygaw-bysiliconsentier.com/?p=118

Ajouter à mail Ajouter à facebook Ajouter à twitter

Commentaires

Ajouter un commentaire :

Nuage de tags