Aller au contenu

Suivez-nous sur :

Twitter Facebook Newsletter Silicon Sentier Fil RSS Vidéos et lives de La Cantine Vidéos de la Cantine sur Youtube Flickr

La Cantine, c'est :

Silicon Maniacs

Aller à la navigation

06/07/2010 - Datajournalism: les chiffres nous parlent, écoutons les! ( YGAW by Silicon Sentier)

Soyons clairs, je n’aime pas les chiffres.Et pourtant, j’ai été séduite par la notion de datajournalism - journalisme de données - développée cet après midi lors du Workshop de Lift10 : Datajournalisme, quelles nouvelles perspectives pour la presse?
Les chiffres nous parlent…écoutons les!

Datajournalism = expliquer des phénomènes complexes à travers des représentations claires
Le poète nous dit :« Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire viennent aisément ».Il y a un peu de ça dans le datajournalisme : avec des schémas, des représentations graphiques, le data journaliste fait parler des chiffres.

Preuve à l’appui au cours du workshop  avec une représentation graphique de l’agenda d’Obama, réalisée par le Washington Post. Entre 2009 et 2010, tous les faits et gestes,réunions, déplacements et rendez-vous d’Obama ont été compilés dans une base de données puis synthétisés en une slide interactive.En un clin d’œil, le citoyen américain a alors accès à l’évolution de la répartition des activités de son président sur un an, le temps passé par Obama sur la politique étrangère, l’économie, la santé ou encore l’immigration. En résumé : simple, mais éloquent.

Le data journalist est un data story teller : il n’assomme pas le lecteur de chiffres, mais s’applique à mettre des mots sur des bases de données et à les rendre intelligibles.

Datajournalisme = Data+ intelligence visuelle
Là où le journalisme traditionnel propose une narration verbale, le datajournalisme propose une narration visuelle. En d’autres termes, le data journalisme s’adresse d’abord à l’intelligence visuelle  de celui qui le pratique : le lecteur et le data journaliste lui même.

Le data journaliste doit posséder une intelligence visuelle pour rendre intelligible de monstrueuses bases de données.Comment combiner amour des statistiques et sens esthétique? L’équation est  simple : le data journaliste, c’est d’abord des data journalistes : au sein des rédactions, infographistes, statisticiens, journalistes et développeurs travaillent ensemble, côte à côte , et de façon synchrone pour synthétiser, mettre en image et faire parler les bases de données.

Nicolas Keyser – Bril, intervenant lors du workshop et datajournaliste chez Owni.fr, nous parle de cette collaboration de profils totalement complémentaires au sein des “Data” rédaction

Des histoires de chiffres et de couleurs.
Il est intéressant de constater que le datajournaliste doit mobiliser des connaissances en sémiologie graphique et sémiotique visuelle, et effectuer, en amont, un travail sur le sens des formes et des couleurs, afin de faire parler ses données. S’adresser à l’intelligence visuelle du lecteur nécessite donc de connaître un langage visuel spécifique.

Datajournalism = journalisme du futur?
Alors, et si, pour 2020, on signait la mise à mort des paragraphes - blocaus, ultra massifs, justifiés au carré, sans alinéas point à la ligne, monotones, à peine ponctués d’images illustratives pour le fun du lecteur endormi?

Et si j’avais eu un prof de maths, design thinker, qui m’avait dessiné  la loi de Poisson sur le tableau noir de mes jeunes années?J’aurai peut être moins bullé et qui sait, j’aurai peut être même mordu à l’hameçon des data!

Source : http://ygaw-bysiliconsentier.com/?p=134

Ajouter à mail Ajouter à facebook Ajouter à twitter

Commentaires

Ajouter un commentaire :

Nuage de tags