Aller au contenu

Suivez-nous sur :

Twitter Facebook Newsletter Silicon Sentier Fil RSS Vidéos et lives de La Cantine Vidéos de la Cantine sur Youtube Flickr

La Cantine, c'est :

Silicon Maniacs

Aller à la navigation

06/07/2010 - Intellolab, bricololab : le fab lab français under construction ( YGAW by Silicon Sentier)

Lift offre cette année la part belle aux Fab Labs. Un Fab Lab, au cas où vous seriez resté coincé dans la forêt amazonienne, que vous ne lisiez ni les blogs intéressants ou que vous ne vous souciez pas à la politique régionale, c’est tout simplement un atelier ouvert de production.
Tout simplement, tout bonnement et pourtant.
Objet de fascination, précurseur d’une lente révolution, les Fab Labs annoncent les prémices d’un monde nouveau, d’un monde où le citoyen se ré-approprie les technologies et les objets, ouvrant la voie aux innovations à échelle locale pour une mutualisation et un partage international.
Fantasme encouragé dans un contexte économique et social de crise, les Fab Labs cassent les barrières archaïques entre le citoyen et l’industrie, ils balaient la dichotomie entre l’intellectuel et le manuel. Le faire, le bricolage, le bidouillage, le prototypage, tous les travaux bassement matériel sont au cœur de la noble démarche d’un capitalisme à visage humain.
Alors, lorsque que Jean-Michel Cornu, Directeur scientifique de la FING lance l’atelier, qu’est-ce qu’un Fab Lab en 2020?, je décide de mettre la main à la pâte : participer au brainstorming collectif.
“Laissez-vous rêver !” lance-t-il. Mon voisin entame la conversation: ” En 2020, Monsieur Bricolage, le BHV et autres IKEA  joueront le jeu du Fab Lab en proposant des objets non finis pour faire soi-même ses meubles”.
Un autre renchéri : “Les grands groupes qui aujourd’hui ne cherchent plus au sein de leur département de R&D mais utilisent ces tiers lieux comme ressources, auront investis dans des Fab Lab, formellement, par des partenariats officiels”.
Puis un dissident dit, d’un cynisme à peine caché  : “Steve Jobs aura créé son i-Lab et on pourra machinalement mixer tous les produits dans un seul et même super produits”.
Tiens, ça me fait un peu penser à la customisation que propose Nike au NikeID : mélanger les matières et couleurs de la marque pour obtenir la chaussure de ses rêves… et unique !
Alors c’est ça? Un Fab Lab, c’est pousser l’acte de consommation au degré de personnalisation le plus haut ?
Bien sûr que non, néanmoins on arrive dans la discussion, à un point de tension intéressant : l’industrie et le citoyen s’affrontent dans 2 logiques opposées en ce qui concerne leurs intérêts vis-à-vis des Fab Labs. Les uns tendent vers la propriétarisation absolue quand les autres visent l’autonomie totale.
Voila que le débat est lancé : le Fab Lab doit-il être une initiative de l’état, du citoyen ou de l’entreprise? Un entrepreneur adepte de l’open source explique que le libre ouvre la voie à des nouveaux modèles économiques : ” plus de 10 sociétés aux USA font plus  d’ un million de dollars avec l’open source, les richesses excédantes sont redistribuées aux consommateurs ou aux sous-traitants. En France, on appelle cela l’entreprise solidaire…”, concluant ainsi que l’éternelle question du modèle économique trouvera son issue en temps voulu. Finalement, c’est du dialogue entre les besoins divergents des entreprises, des citoyens et de l’état que naîtrons les modèles les plus intéressants de Fab Labs.

Jean Michel Cornu reprend la parole et synthétise en trois actions concrètes ce que nous devrions faire aujourd’hui pour en arriver au rêve de 2020 :
1) Éduquer par une “Fab School” avec des cours de culture, d’économie, de droit ou d’assurance ;
2) Lancer une dynamique de “Fab concept”, ou “Fab Intello” pour porter le concept plus loin, le questionner et en inventer de nouveaux (la french touch) ;
3)  Commencer par un “Fab camp” avec des grands sponsors pour qu’ “au lieu de piller la R&D, ils la paient”.
Pas de langue de bois en brainstorming, c’est ça qui est bien!
…Enfin, on est fin prêts d’en trouver des sponsors avec cette vision…

En sortant du théâtre de La Criée, encore en pleine réflexion, je croise un marseillais sur le vieux port, en train de réparer son bateau. Pour l’aider, une table et des outils appartenant à la communauté des marins…
- Monsieur, vous participez là à un mouvement dont vous ne pouvez imaginer les conséquences…

Source : http://ygaw-bysiliconsentier.com/?p=131

Ajouter à mail Ajouter à facebook Ajouter à twitter

Commentaires

Ajouter un commentaire :

Nuage de tags