Aller au contenu

Suivez-nous sur :

Twitter Facebook Newsletter Silicon Sentier Fil RSS Vidéos et lives de La Cantine Vidéos de la Cantine sur Youtube Flickr

La Cantine, c'est :

Silicon Maniacs

Aller à la navigation

20/07/2010 - La biotech sous toutes ses coutures ( YGAW by Silicon Sentier)

Folle Californie, qui nous confronte à des aspects exceptionnels et terribles des biotechnologies!

La Silicon Valley est un écosystème propice à ce type de développements: une course effrénée aux avancées technologiques, une faible réglementation, et les talents pour les affaires et le marketing des entrepreneurs de la région.

A Singularity, on prend de plein fouet les dernières avancées, en rencontrant aussi bien les grands laboratoires de séquençage ADN de la région (23andMe…) qu’à plus petite échelle les hackers du DIY (Do-it-yourself) de la communauté BioCurious (biocurious.org),  et leurs méthodes artisanales. (voir mon précédent post sur le sujet)

La compréhension de notre génome a connu une progression phénoménale ces derniers mois, et nous pouvons distinguer quatre grandes évolutions dans ce domaine:

1) Le Séquencage, ou la possibilité d’analyser notre ADN et d’exploiter ses informations, afin d’ajuster nos traitements et notre alimentation, par exemple, en fonction de nos gènes. Comme le dit Raymond McCauley, notre professeur de Biologie Digitale, le séquençage est aux nanotechnologies ce que la RAM est au micro technologies. Il suit leur loi à croissance exponentielle. Il sera de plus en plus rapide, à faible coût, et efficace.

Pour rappel le premier génome humain a été séquencé au début du 21e siècle pour 100 millions de dollars. Aujourd’hui les prix suivent une décroissance d’un facteur 6. On peut s’attendre d’ici 2 ou 3 ans à des prix inférieurs à 1000$. La société Illumina, leader sur ce secteur, propose le service pour moins de 20k$.

Les offres de génotypages « low cost », qui se multiplient avec 23andMe, Navigenics ou encore avec la « Brainstorm fondation » spécialisée dans l’étude de la maladie d’Alzheimer, voir mon interview de la fondatrice, et l’article passionnant de  Sergey Brin, dans Wired

2) La biologie systémique, qui nous aide à comprendre les interactions entre les différentes parties de notre génome; et les différents processus métaboliques qui conduisent à tel effet, par exemple transport de l’oxygène dans le sang.

3) Avec le troisième niveau vient une véritable révolution : la biologie synthétique ou comment programmer des organismes (des bactéries, des virus…). Il est désormais possible d’activer ou désactiver un gène avec des éléments extérieurs, comme on le ferait avec un interrupteur. En mai dernier, Craig Venter, avec sa compagnie Synthetic Genomics, annonce une avancée majeure dans ce domaine et la création du premier organisme vivant n’ayant pas de parent. Il réussit à fabriquer de toute pièce un génome synthétique.

4) Enfin, la quatrième évolution, la plus futuriste: la prédiction de la forme d’une molécule, ce qui nous mène à la création de médicaments sur mesure. D’ici 10 ans, on pourrait quitter son médecin avec un programme sur clé USB, la présenter au pharmacien qui propose alors un médicament sur mesure. La plus importante limitation à ce développement est le manque de ressources informatiques. Les attentes sont grandes pour des ordinateurs quantiques.

Les Américains ont le mieux réussi à monétiser ces nouvelles technologies et commercialiser ces produits, la législation étant quasi inexistante. L’agrégation des données permet à la recherche de progresser significativement : Genome.gov, mais les problèmes éthiques restent nombreux: comment protéger les informations personnelles et fournir des solutions sécurisées? Comment éviter les processus de discrimination liés à une meilleure connaissance de nos gènes?

Source : http://ygaw-bysiliconsentier.com/419-la-biotech-sous-toutes-ses-coutures

Ajouter à mail Ajouter à facebook Ajouter à twitter

Commentaires

Ajouter un commentaire :

Nuage de tags