Aller au contenu

Suivez-nous sur :

Twitter Facebook Newsletter Silicon Sentier Fil RSS Vidéos et lives de La Cantine Vidéos de la Cantine sur Youtube Flickr

La Cantine, c'est :

Silicon Maniacs

Aller à la navigation

01/08/2010 - Linz et son fardeau : Hitler ( YGAW by Silicon Sentier)

C’est une plaie béante, Hitler est né ici, à Linz.
Dans cette ville, il a fait ses 1ères peintures, rêvé d’aller aux Beaux Arts de Vienne, il y a projeté ses envies d’artiste et souhaitait y passer ses vieux jours.


Plus tard, il y fit ériger un pont, appelé le Nibelungen. Pendant l’ère nazie, Linz devint une ville industrielle, la ville de l’acier. En 1938, la la fabrique d’armement et d’acier “Reichswerke Hermann Göring” rassemblaient des milliers ouvriers non  loin de la ville.  A moins de 30 km de Linz, se trouve camp de concentration Mauthausen.

En se promenant dans les rues de Linz en plein mois d’août, l’impression est étrange.
A peine entrées dans un bar, tous les regards se concentrent sur Nirina et moi, d’un coup, on nous renvoie l’image de 2 bohémiennes décoiffées et en sarouel…Je réalise qu’il n’y a pas de bronzés dans la salle. Les seules personnes teins basanés qu’on aie vues restent autour de la gare et ont plutôt l’air d’SDF. La politique migratoire autrichienne est des plus restrictives en Europe, il n’y a qu’à voir le FPÖ qui impose un seuil d’immigration zéro, en dépit des demandes du patronat. Linz est riche et c’est rare qu’on entende qu’une ville “a plus de travail que de gens…”
Hormis ça, l’architecture est un mélange entre des bâtiments vitrifiés modernes et un style baroque d’époque parfaitement entretenu. Tout le monde traverse au passage clouté, les rues sont extrêmement propres. Le tramway fait la promotion du handisport et toutes les plus grandes chaînes de prêt-à-porter ont leur magasin. Paradoxalement, le soir c’est une autre histoire, les gens “se mettent très cher”, ils boivent comme des fous, ils gueulent partout, se déplacent en groupes, les filles d’un côté, les garçons de l’autre. Charmant.

Aurions-nous eu la même impression si nous étions venues au moment du grand festival d’Arselectronica qui fait la fierté du maire et attire des centaines de milliers d’artistes et de curieux du monde entier?
Le problème c’est que pendant 90% du temps, Linz doit ressembler à cette ville morne. Le génocidaire y a passé toute son enfance et j’ai la sensation que tous les murs le crient en silence.

Pascal qui travaille au futur Lab d’Arselectronica a bien voulu jouer le rôle de “guide”. Cela fait 12 ans qu’il vit a Linz. Curieux du passé de la ville, il s’est interrogé sur les traces laissées par le Fuhrer dans l’inconscient des habitants. Il nous fait part de ses impressions. Selon lui, cela reste un tabou. Beaucoup de gens sont liés à ce passé douloureux. Il nous dit que l’opéra en construction actuellement à Linz, se trouve exactement là où Hitler se souhaitait, que le musée d’art le Lentos, est également là où le dicdacteur avait prévu le sien, que Linz devint capital culturelle Européenne en 2009, comme ce qu’Hitler prévoyait. Hitler est une honte pour la ville et un “patrimoine culturel” pour autant. Comment construire un futur positif avec le mythe du mal en fond?
Le plus déstabilisant fut l’exposition “Linz, Capital culturelle du Fuhrer“, une manière pour la ville de se purger  des attaches d’Hitler avec Linz (exposant ses projets architecturaux) pour mieux reconstruire le futur sans se retourner. “A la fin, il y avait une fête dans un bunker” nous raconte Pascal, “ah oui? Ok…”

Il ne s’agit pas de juger la politique de la ville, ni même ses habitants, je me demande comment font-ils pour  vivre avec ce passé,  je suis mal à l’aise et nous sommes à la terrasse d’Arselectronica, juste devant une petite maison bleue d’où Hitler avait l’habitude de peindre ses aquarelles.


Le pont construit par Hitler qui relie Arselectronica au centre de la ville. Arselectronica se trouve à droite, le musée Lentos à gauche.

Source : http://ygaw-bysiliconsentier.com/1102-linz-et-son-fardeau-hitler

Ajouter à mail Ajouter à facebook Ajouter à twitter

Commentaires

Ajouter un commentaire :

Nuage de tags