Aller au contenu

Suivez-nous sur :

Twitter Facebook Newsletter Silicon Sentier Fil RSS Vidéos et lives de La Cantine Vidéos de la Cantine sur Youtube Flickr

La Cantine, c'est :

Silicon Maniacs

Aller à la navigation

17/12/2010 - OPEN DATA : l’ouverture des données publiques en France ( Silicon Maniacs)

Lancé le 26 novembre, le site NosDonnees.fr est une plateforme de partage et recensement de données publiques. Ce lancement reflète un courant sociétal contemporain : un désir de plus de transparence dans nos administrations. Cette volonté est principalement portée par des acteurs du numérique, des communautés de citoyens engagés (Regards Citoyens) ou des médias pure players pratiquant le data-journalisme (OWNI était représenté lors de cette soirée par Nicolas Kayser-Bril).

Naissance de NosDonnees.fr

Lors de la soirée de lancement du site, organisée à La Cantine par Regards Citoyens en partenariat avec Silicon Sentier, nous avons rencontré des acteurs de cette révolution en marche pour une ouverture des données publiques. Selon Tangui Morlier, de Regards Citoyens, l’enjeu principal réside dans une meilleure compréhension des citoyens du travail des administrations. Il s’agit ainsi de réduire la fracture qui existerait entre le monde des administrations et ses usagers, et de valoriser le travail des fonctionnaires. L’amélioration du fonctionnement des administrations est également visée. A terme, l’objectif de l’ouverture des données  est de favoriser l’innovation sociale et économique.

« Faire en sorte que les citoyens s’emparent de ces données, pour que chacun comprenne comment fonctionne notre pays, nos administrations« , explique, Tangui Motlier .

Audio MP3
Audio MP3

La première étape de ce projet est le recensement de données existantes. D’autres sont légalement accessible, mais ne sont pas disponibles sur internet…

Audio MP3
Audio MP3

« Les données en elles-mêmes ne parlent pas, mais le simple fait qu’on y ait accès peut ouvrir de nouveaux usages« , s’enthousiasme Tangui Morlier.

Il ne s’agit pas seulement de mettre une suite de nombres inintelligibles à disposition. Pour qu’elles aient du sens et de la valeur, les données doivent être interprétées. La communauté trouve là toute son importance. C’est par exemple elle qui effectue le travail de sélection. L’application WarLogs d’Owni intégrait ainsi une dimension de crowdsourcing qui permettait aux internautes de noter les documents en fonction de leur intérêt pour faire émerger les plus intéressants. Le journaliste intervient alors pour les valoriser. Les précurseurs dans ce domaines sont les anglais du Guardian (cf. leur DataBlog). En France, les médias sont encore timides mais les initiatives se multiplient. En 2009, Le Post.fr a ainsi mis en ligne une application sur le cumul des mandats de de?pute?s ou une carte de la vidéo-surveillance en France. A partir de données statistiques, le collectif Regards Citoyens à publié une  e?tude sur le rede?coupage de la carte le?gislative. Rue89 et Médiapart se sont de leur côté intéressés aux licenciements et aux fermetures d’usines pour créer des « cartes de la crise sociale en France » (la carte de Rue89 et celle de Médiapart).

Tangui Morlier revient sur le positionnement de nosdonnees.fr vis à vis de la médiation de ces données.

Audio MP3
Audio MP3

Quel est le rôle des administrations dans tout ça ?

Les fonctionnaires produisent des données dans l’exercice de leurs fonctions. Mais, il n’existe pas en France de système automatisé pour leur référencement. Il y des institutions dont le but est de produire des données et de les analyser, c’est le cas de l’INSEE (Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques). Mais le lien entre administration et citoyens semble être rompu. Alors, comment mettre en marche cette libération de données ?

« Le problème des administrations : il y a beaucoup de personnes qui y travaillent. Mettre tout le monde d’accord prend du temps« , analyse Tangui Morlier.

Audio MP3
Audio MP3

Pour Benjamin Ooghe-Tabanou, co-fondateur de Regards Citoyens, dans les pays anglo-saxons, cet élan est souvent porté par une volonté étatique persistante et non-partisane. data.gov était une promesse de campagne de Barack Obama. Il explique notamment qu’en Grande-Bretagne, l’initiative data.gov.uk lancée par le gouvernement de Gordon Brown a été confirmée et relancée par David Cameron.

Audio MP3
Audio MP3

En France, une volonté politique émerge. Des acteurs publics étaient présents à la Cantine ce 26 novembre. Le cabinet du premier ministre, par l’intermédiaire de Severin Naudet, conseiller multimédia auprès de François Fillon, a ainsi annoncé le projet ETALAB, un data.gov à la française, mais qui ne devrait pas être ouvert avant janvier 2012.

Romain Lacombe, animateur de la table ronde.

Romain Lacombe, ingénieur et économiste, partisan de l’ouverture des données publiques, revient sur ce projet étatique :

Audio MP3
Audio MP3

Si ETALAB n’en est qu’à l’état de projet, la ville de Paris est bien plus avancée sur l’ouverture de ses données. En concertation avec la communauté de citoyens, un premier jeu de données devrait être disponible d’ici janvier 2011. Georges-Etienne Faure, en charge des question de l’innovation et des TIC à la Mairie de Paris, a répondu à nos questions. Il explique l’état d’avancement de cette mise à disposition des données et nous donne des exemples des applications concrètes que cela peut engendrer.

Audio MP3
Audio MP3

Georges-Etienne Faure, conseiller TIC et innovation à la Mairie de Paris.

La transparence a encore beaucoup de chemin à faire. Balzac, dans les Illusions perdues, proclamait : « Observez la loi suprême ! Le secret. » Inévitablement, on pense à Wikileaks, le nouveau champion de la transparence. Toutes les données sont-elles bonnes à dévoiler ? Faut-il envisager des limites ? Pour débattre de ces questions, Silicon Maniacs organise avec l’Atelier des Médias de RFI une soirée lundi 20 décembre à La Cantine : Wikileaks: vers un monde plus transparent?

A lire sur le Web :

- L’article de regards citoyens sur la soirée de lancement : vous y trouverez des informations complémentaires notamment sur les aspects techniques de l’ouverture des données.

- L’interview de Simon Rogers, le monsieur Data du Guardian, par l’Atelier des Médias, sur OWNI.

- Un article de la Fing qui revient sur la nécessité de l’ouverture des données publiques pour favoriser l’émergence d’innovation sociales et économiques.

Source : http://www.siliconmaniacs.org/open-data-louverture-des-donnees-publiques-en-france/

Ajouter à mail Ajouter à facebook Ajouter à twitter

Commentaires

Ajouter un commentaire :

Nuage de tags