Aller au contenu

Suivez-nous sur :

Twitter Facebook Newsletter Silicon Sentier Fil RSS Vidéos et lives de La Cantine Vidéos de la Cantine sur Youtube Flickr

La Cantine, c'est :

Silicon Maniacs

Aller à la navigation

11/03/2008 - sxsw_2008, quoi de neuf sur le web ? ( Administrator)

La clôture de SXSW Interactive approche, avec l'envie de répondre à une question simple : "qui de neuf sur le web ? y-a-t-il un concept, une application, une technologie qui sortirait du lot à l'occasion de sxsw 2008 ?". D'où l'envie de se laisser aller de conférences en discussions informelles, à l'occasion de telle ou telle "party" !

Une conférence au titre accrocheur "lost in translation" portait sur les problèmes posés par la traduction et l'internationalisation des sites web. Beaucoup de choses de bon sens, comme l'imbrication entre langue et culture qui rend si difficile certaines traductions, ou l'importance de séparer les notions de traduction et de localisation, le même site avec les mêmes expressions ne conviendra pas au Brésil et au Portugal ou en France et au Québec… Probablement très utile pour beaucoup d'américains, mais rien de très neuf.

"Critical look at Open ID" avec, dans le panel, des promoteurs et évangélistes d'Open ID, comme David Recordon (Six Apart) mais aussi des gens qui, comme George Fletcher (AOL), utilisent Open ID dans des applications très grand public. Présentation des principes de base d'Open ID, approche favorable de l'ensemble des panélistes, à l'inverser de ce que le titre laissait supposer. Intéressant, mais là aussi, plutôt connu.

Le keynote speaker, la grande conférence du jour, était Franck Warren, auteur d'un livre à succès et qui anime le site www.postsecret.com. Une découverte – des dizaines de milliers d'américains envoient des cartes postales, aujourd'hui sur le web, à Franck Warren pour confesser leurs secrets – et des milliers de personnes venues l'écouter ; de quoi tirer des dizaines de scénario pour films sentimentaux… 

"Building a Worldwide Climate Movement", avec Bill McKibben, paraissait intéressant : c'était un cours élémentaire sur les effets de l'augmentation des gaz à effet de serre ! Décevant, jusqu'à la découverte, le soir, de la mention "beginner" dans le programme complet de SXSW. Chaque conférence est dotée d'une mention, "beginner", "intermediate" ou "avanced". Utile à savoir et assez fonctionnel pour une conférence où se retrouvent toutes les stars du web2.0 avec des web designers et responsables de sociétés IT beaucoup plus classiques.

La bonne surprise est venue de "Building Portable Social Network", animée par Jeremy Keith (Adactio) avec Chris Messina www.factoryjoe.com, Leslie Chicoine www.lesliechicoine.com (getsatisfaction), Joseph Smarr (Plaxo) David Recordon (Six Apart). Une conférence où se trouvaient de 500 à 1000 personnes, dont tout le gratin du web2.0, et dont aucun des panélistes ne semblaient avoir atteint les 30 ans, à l'exception de Jeremy Keith, l'animateur. Le point de départ de la discussion est évident. D'un côté la multiplication des sites relationnels obligent leurs utilisateurs à passer un temps considérable pour entretenir leurs réseaux et les contraint à demander à leurs "amis" de les suivre quand ils changent de plate-forme, ce qui était acceptable quand les utilisateurs n'avaient à gérer "que" leurs compte myspace, flickr, del.icio.us et digg devient ingérable aujourd'hui. De l'autre, personne n'a envie de voir ses contacts professionnels de linked-in au courant de sa vie sur second-life, et ceux qui, comme Leslie Chicoine, ont quitté myspace pour rompre avec des "amis" qui ne correspondaient plus à son nouvel environnement n'ont aucune envie de les retrouver sur Facebook. Deux pistes ont été explorées pour tenter de résoudre cette difficulté. La première consiste à séparer les objets dont on parle à propos des réseaux sociaux. Il y a la liste d'amis, mais aussi les contenus, photos, post ou autres, et enfin les outils, comme les plug-in qui se multiplient sur Facebook. Ces différents objets ne sont pas radicalement séparés les uns des autres - les photos ou les post sont aussi des formes de liens sociaux -, mais ils ne sont cependant pas de même nature et leur portabilité pose des problèmes différents. La seconde piste consiste à considérer que l'individu est le mieux à même à savoir "qui il est" dans son usage des différentes données. Ainsi, dans le renversement de perspective qui consiste à considérer que demain on ne sera plus "chez" Facebook ou My space, mais "chez soi" avec la possibilité d'arbitrer entre ses différentes actions sur ses contacts téléphoniques, ceux sur IMS, twitter, flickr ou tout autre.

Cela permet de revenir à la question "quoi de neuf ?"

Probablement toutes les questions qui tournent autour de l'interopérabilité, la portabilité et l'ouverture des API des plates-formes relationnelles qui étaient peut-être, jusqu'à très récemment, les applications les plus fermées du web2.0. Et puis, également, l'arrivée à maturité de nombreux formats, des barcamp aux coworking, par exemple, et surtout de services : en 2007 Twitter avait été la révélation de sxsw, avec des usages qui tournaient avant tout sur l'émerveillement, le plaisir de l'entre-soi et la fascination envers les stars du web ; en 2008 tout le monde utilisait twitter, mais plus simplement pour se retrouver d'une soirée à une autre ou s'informer du scoop de la journée !

 

Ajouter à mail Ajouter à facebook Ajouter à twitter

Commentaires

Ajouter un commentaire :

Nuage de tags