Aller au contenu

Suivez-nous sur :

Twitter Facebook Newsletter Silicon Sentier Fil RSS Vidéos et lives de La Cantine Vidéos de la Cantine sur Youtube Flickr

La Cantine, c'est :

Silicon Maniacs

Aller à la navigation

15/03/2010 - Teachers, leave the kids alone (and the start-uppers to) ( French by South West)

Startup bus

Avant, créateur d’entreprises dans les nouvelles technologies, c’était relativement simple. Dans mes souvenirs de l’avant bulle des années 2000, on pouvait créer un site de vêtements pour animaux - dont le fameux hamac à furet, site dont la plupart des images étaient manquantes, et trouver des investisseurs prêts à financer des locaux proches du rond point de l’étoile et des soirées Champagne. Une vie toute simple, en somme.

L’éclatement de la bulle a mis fin à ces privilèges pourtant mérités. Maintenant, que faut-il faire pour être reconnu ? Il faut passer des heures en pull jacquard dans des locaux mal chauffés comme La Cantine, entourés de geeks dopés au café qu’il faut se faire soi même en écoutant du Prince. Et tout le monde s’ébaubit devant le concept. Pensez-vous, le Start-up Week-end… Merci les amis, mais on vous l’a pourtant bien seriné au SXSW : la génération Y veut bien s’investir, mais pas au détriment de la connexion avec sa famille.

Et là, on a encore trouvé pire. Les 48 heures de bus. Et allez, on vous embarque à San Francisco dans le « Startup Bus« , on vous fait assoir avec 24 mecs, avec pas de place pour les jambes, une seule toilette dont on imagine bien l’état au bout de deux jours d’usage par la gent masculine, une odeur d’ourson qui s’insinue dans les cavités nasales. Et pas moyen de roupiller, alors que le ronron du moteur et la douce chaleur nous y porte. Il faut préparer du business plan, du business model, faire du réalisme, du service sur le web à la demande as a service dans le cloud et j’en passe, avec évidemment un lien avec Twitter et Facebook sinon tonton Scobeleizer va vous mettre des claques.

Et allez développer dans les virages, vous. Et pas moyen de faire une pause à Las Vegas. Non très vite on arrive dans les paysages plats du Texas, avec ses petits arbres menaçants qui semblent attendre la suite de Blair Witch. Et là, Austin. Champagne ? Non, de la bière. De la bière gratuite, de la bière en gobelets plastique, de la bière de l’ouest, de la bière du sud, de la bière light, de la bière !

Et encore, si on avait le temps de s’en jeter une, mais non, voilà le garde chiourme Josh Baer qui nous fait du coaching, devant mes camarades tout juste rasés. The Capital Factory, mon oeil ; l’usine, oui ! Et je parie que Nathanaël va applaudir. Et oui, si l’on faisait un magic bus entre Dunkerque et Marseille ? Il ne reste plus à Silicon Sentier qu’à essaimer, et le tour est joué. Esclavagistes !

« Magic Bus, Magic Bus, Magic Bus, Magic Bus
I want it, I want it, I want it…(You can’t have it!)
Think how much you’ll save…(You can’t have it!)]
I want it, I want it, I want it, I want it … (You can’t have it!)
 » (*)

(*) The Who / Magic Bus

Source : http://www.frenchxsw.com/462-teachers-live-the-kids-alone-and-the-start-uppers-to

Ajouter à mail Ajouter à facebook Ajouter à twitter

Commentaires

Ajouter un commentaire :

Nuage de tags