Aller au contenu

Suivez-nous sur :

Twitter Facebook Newsletter Silicon Sentier Fil RSS Vidéos et lives de La Cantine Vidéos de la Cantine sur Youtube Flickr

La Cantine, c'est :

Silicon Maniacs

Aller à la navigation

Le 19 Mai 2010 de 10h00 à 12h00

Web sémantique, web de données, web 3.0, etc. de plus en plus d’acteurs participent à l’extension du web tel que nous le connaissons avec des données et des schémas de données permettant de nouvelles fonctionnalités et un niveau encore inégalé d’interopérabilité des services du web. Nous revisiterons ensemble les recommandations du W3C qui permettent cette évolution et quelques travaux de l’équipe Edelweiss de l’INRIA dans le domaine.

S'inscrire

Ils y vont

  • Victor Brito
  • Karol ARNAUD
  • Michel Cadennes
  • Romain Vallee
  • marie-laure cuvelier
  • abeline majorel
  • guillaume de maussion
  • leo elicio
  • Laurent Tonnelier
  • Damien Roussat
  • Milan Stankovic
  • philippe haas
  • patrick bedigis
  • Karima Rafes
  • elifsu sabuncu
  • Josselin Perrus
  • Sarah Emmerich
  • Emmanuel DALLAIN
  • Nathalie Rambert
  • Olivier Curé
  • Reisner
  • Alexandre Chupin
  • Mikaly RODRIGUEZ-RUIZ
  • Rambert nathalie
  • Vincent Durepaire
  • nyounai Bakang
  • alain rodermann
  • Yolande Garcia
  • Benoit Vidal
  • Julien Hugon
  • Julien Nakache
  • Pierre Tran
  • Maÿlis Dupont
  • Ali AHMED SAID
  • Jean-Luc Curilla
  • Jean-Luc DELBLAT
  • Bernard Paques
  • @TimDL
  • Tanguy Le Barzic
  • Vanessa Szollosi
  • Youssef Metlaine
  • Nathalie Abadie
  • Kevin Morel-Fontaine
  • Clément Delangue
  • benjamin Hagege
  • Léa Massiot
Séminaires W2S: "Web Sémantique: une goute de sémantique dans un monde de liens" par Fabien Gandon

Séminaires W2S: "Web Sémantique: une goute de sémantique dans un monde de liens" par Fabien Gandon

Web sémantique, web de données, web 3.0, etc. de plus en plus d’acteurs participent à l’extension du web tel que nous le connaissons avec des données et des schémas de données permettant de nouvelles fonctionnalités et un niveau encore inégalé d’interopérabilité des services du web. Nous revisiterons ensemble les recommandations du W3C qui permettent cette évolution et quelques travaux de l’équipe Edelweiss de l’INRIA dans le domaine.

 

Présenté par Fabien Gandon

Ajouter à mail Ajouter à facebook Ajouter à twitter

Retour aux événements

Commentaires

olivier , il y a 1 an : En matière d'accessibilité de l'information, il me semble primordial de s'enquérir de la parfaite compétance de structures telles le W3C, car pour faire évoluer les choses il est fondamental de pouvoir anticiper sur de futurs usages. Un exemple criant en étant l'utilisation des codes barres pour l'identification univoque des articles, qui pourrait bénéficier à toutes les personnes empêchées de lire même celles n'ayant aucun problème de vue, et ce grâce aux passerelles que représenteraient les dispositifs de lecture d'écran à synthèse vocale dont certaines sont gratuites comme NVDA. L'évolution des standards a permis l'harmonisation de ceux-ci tant pour les médicaments que les publications, puisque le dépôt légal des publications près la BDF et l'autorisation de mise sur le marché pour les médicaments permettent leur identification grâce au code CIP ou au numéro ISBN/ISSN, présents sur les articles sous forme de codes barres lisibles via des lecteurs optiques. La vignette sécurité sociale présente sur les boîtes de médicaments démontre que dès lors que le code barre est tactilement localisable sur un emballage, tout le monde peut l'exploiter y-compris les aveugles, et la loi prévoyant une information des usagers sous forme indélébile, le code barre pourrait être un lien idéal vers l'information concernant les produits, qui disponibles sous forme dématérialisée pourrait être restituée en tenant compte des besoins de chaque utilisateur, paramètres d'affichage, couleur, taille des caractères, contrast, voix de synthèse pour une restitution audio, braille, sur ordinateur fixe ou téléphone mobile, voire par l'intermédiaire d'un frontal permettant l'accès à un serveur vocal relayant l'information centralisée sur un site internet. Le W3C n'ayant que des compétances spécifiques relatives à la déficience visuelle, ils ne prennent absoluement pas en considération ces aspects de l'évolution des usages et des technologies, ce qui conduit à des préconisations caduques qui lorsqu'elles sont suivies par les web masters portent préjudice aux usagers déficients visuels au lieu de les aider. Plus que de disposer de manière systématique de sites accessibles, ce qui importe est de pouvoir accèder à l'information. Préconiser l'utilisation des codes barres accollés à la description des articles dont il est fait mention sur le web, non seulement permettrait d'accèder à cette information en utilisant les codes barres comme mots clés dans les moteurs de recherche, mais en outre contribuerait à la visibilité des sites qui diffusent les informations recherchées puisqu'on y serait conduit grâce à ces mêmes moteurs de recherche, sans même avoir eu connaissance de leur existance. Le B A BA de l'efficacité n'est pas à mon sens d'obliger à ce que tout soit accessible, même ce dont on n'a pas besoin. Il est nettement préférable d'envisager de pouvoir accèder à ce qu'on cherche. Si un magasin est parfaitement accessible mais que le trajet y conduisant ne l'est pas, ça ne sert à rien, idem s'il ne vend pas ce qu'on cherche à acheter. Par contre, pouvoir trouver assurément ce qu'on cherche à acheter, quand bien même il faudrait envoyer un tiers faire la course à notre place ou solliciter de l'aide serait naturellement plus constructif! Et l'émulation qui en résulterait contribuerait à rendre de plus en plus de choses spontanément accessibles, puisque la finalité est pour une offre de trouver la demande!...
David, biologeek , il y a 1 an : @olivier : c'est sympa de t'exprimer comme ça mais c'est juste hors sujet. Dommage...
denis , il y a 1 an : ah oui, pas mal la sémantique :-) et une goutTe d'orthographe sur tout ça ?

Ajouter un commentaire :

Tweets

Nuage de tags